Docteur Martial Benhamou

Épilation laser dr martial benhamou

Dr Martial Benhamou : L’épilation laser est, avec l’épilation électrique, et l’épilation à la lumière pulsée une méthode d’épilation permanente. Elle a été réalisée à titre expérimental dans les années 1970 environ 20 ans avant les premiers actes commerciaux.

Les méthodes à base de laser ou de lumière sont parfois appelés photo-épilation. En parallèle du laser, certaines machines utilisent une lampe au xenon (dite « lampe flash ») qui émet un spectre de lumière intense (intense pulsed light ou IPL). Les traitements à la lampe flash utilisent le même principe que les lasers, mais sont parfois abusivement confondues avec les « lasers ».

Principe

Le principe de base de l’épilation laser est la « photo thermolyse sélective ». Le laser cause des dommages localisés en brûlant les zones noires émettrices de poils sans brûler le reste de la peau. La lumière est absorbée par les substances cibles (dans l’épilation, c’est la mélanine) ayant de grande affinité avec cette longueur d’onde, et qui se consumment par la chaleur dégagée de l’énergie absorbée.

L’épilation laser cible principalement la mélanine. Il y a deux types de mélanine: eumélanine (qui donne la peau et les cheveux noirs) et phéomélanine (qui donne les cheveux roux, les couleurs de peaux asiatiques et les tâches de rousseur).

Moins les poils contiennent de mélanine, moins le laser est efficace. C’est pour cette raison que les personnes à cheveux gris, roux ou blonds ne sont pas de bonnes indications pour l’épilation laser.

D’un autre côté, plus la peau contient de mélanine, moins le laser arrive à faire la différence entre la peau et les poils. C’est pour cette raison que les personnes noires ou à peau très mate ne peuvent bénéficier de soins avec des lasers traditionnels (de type Alexandrite). Pour les peaux noires, il a été développé des lasers spécifiques dans l’infrarouge entre 800 et 1064 nm. Les lasers de 810 nm, souvent à diode, peuvent, en allongeant le temps d’application de l’énergie, épiler les peaux mates. Les lasers Infrarouges 1064nm ou Nd:YAG ont une moins bonne affinité avec la mélanine. Cette affinité plus faible permet de préserver la peau foncée tout en gardant une certaine efficacité sur le poil (d’autant que les poils sur peau noire sont fortement concentrés en mélanine). Ces lasers nécessitent en général un peu plus de séances, mais permettent de traiter les peaux noires. Certains prétendent que ces lasers permettent une épilation des peaux bronzées alors que le bronzage doit faire récuser les patients car c’est une contre-indication temporaire (laser moins efficace car détourné de sa cible poil, augmentation de la douleur, augmentation des risques de brulure).

Une peau claire et des poils sombres est donc la meilleure combinaison pour l’épilation laser. Pour les autres phototypes, des lasers spéciaux ou l’épilation électrique seront proposés. Les résultats sont, comme par exemple pour les échographies, utilisateurs-dépendant. C’est à dire qu’avec la même machine, deux médecins différents auront des résultats différents. Le choix du médecin est donc aussi important que le choix du laser. Par ailleurs, que se soit pour l’épilation par laser ou par lampe flash, il s’agit d’un acte médical, comme il est stipulé dans l’article L. 372 du code de santé publique modifié par l’arrêté du 6 janvier 1962. Toute autre personne utilisant un laser ou une lampe flash dans le but de réaliser une épilation exerce illégalement la médecine.²

Paramètres du laser

De nombreuses longueurs d’ondes d’énergie laser sont utilisées pour l’épilation laser. Depuis la lumière visible jusqu’à quasiment l’infra-rouge. Ces lasers sont généralement désignés par le type de longueur d’ondes qu’ils produisent (mesuré en nanomètres nm):

  • Argon : 488 ou 514,5 nm
  • Ruby : 694 nm
  • Alexandrite : 755 nm
  • Pulsed diode array : 810 nm
  • Nd:YAG : 1064 nm
  • Nd:YAP : 1079 nm
  • la lampe flash qui n’est pas en soi un laser utilise le spectre de 600 à 1000nm environ, variable selon les appareils.

Les lasers argon et ruby ne sont pratiquement plus utilisés. Le ruby ne serait qu’une alternative pour les peaux très claires (phototype 1) Le laser Alexandrite est le plus utilisé au monde. C’est à 755 nm que les photons ont le plus de chance d’être absorbés par le poils que par les autres structures de la peau. C’est le meilleur choix pour les phototype de peau 1 à 4. Il peut aussi être utilisé pour le photype 5. Les lasers diode ont comme avantage principal d’être moins chers à l’achat que les lasers alexandrite et ndyag. Ils sont polyvalents, mais sont généralement moins puissants, et donc le diamètre maximal des spots est plus petit, ils sont légèrement plus douloureux que les lasers alexandrite. Plus simples et plus légers, ils peuvent être transportés d’un endroit à un autre. Il est une bonne alternative pour les phototypes de peau 4 et 5, mais vu la taille des spots, les grandes surfaces sont souvent moins bien traitées. Le laser ndyag est le seul laser capable de traiter les peaux noires, le traitement est plus douloureux mais très efficace. Plus récent d’utilisation en épilation, le laser Nd:YAP couplé à un train d’impulsion permet de traiter tous les phototypes de peau quasiment sans douleur.

Les lampes flash sont des appareils qui n’ont qu’un seul avantage: le prix pour l’acheteur. Si les lasers alexandrite, ndyag et même diode peuvent traiter pratiquement tout le monde avec d’excellents résultats, les lampes flashes ne produisent bien souvent qu’un traitement partiel. Par rapport au laser, ils seront toujours plus dangereux et plus douloureux car pour essayer d’amener jusqu’au poil la même fluence qu’avec un laser, il faudra toujours tirer plus fortement. Même en tirant plus fort, ils resteront bien souvent beaucoup moins efficace. Ils ne sont jamais le meilleur traitement, quel que soit le phototype de peau.

A l’achat une lampe flash coûte entre 5000 et 25000 euros. les lasers diodes coûtent entre 20000 et 40000 euros. Les lasers alexandrite et ndyag les plus puissants coûtent maintenant entre 80000 et 100000 euros. C’est la seule raison pour laquelle les lampes flash continuent à être vendues.

Le diamètre du rayon laser (spot) est également importante. Elle doit normalement être 4 fois plus large que la cible est profonde. La plupart des lasers ont un spot rond de 8 à 18 mm.

La fluence ou quantité d’énergie par unité de surface est une considération importante. Elle se mesure en joules par centimètres carrés (J/cm²). Autre paramètre important : l’irradiance, qui traduit la vitesse a laquelle on délivre l’énergie (w/cm2).

Le taux de répétition a un effet cumulatif. Tirer 2 ou 3 pulses sur la même cible avec un délai spécifique entre chaque pulse peut améliorer le chauffage de la zone.

Le rafraîchissement de l’épiderme permet d’augmenter la fluence et de réduire la douleur. On utilise donc généralement un spray cryogènique ou un système de climatisation associé à la pièce à main du laser.

L’espacement des séances d’épilation laser est fonction de la rapidité de repousse du poil et fonction de la zone traitée. Le visage requiert en général, pour les premières séances, des intervalles de 3 à 5 semaines. Pour les régions du corps, on compte des espacements de 4 à 10 semaines pour les premières séances. C’est le cycle du poil qui commande l’espacement entre les séances. Un traitement laser efficace conduit, séance après séance, à un poil repoussant de plus en plus lentement, de plus en plus fin, de plus en plus clair, de plus en plus rare. Il existe des zones plus facile à traiter que d’autres. Les plus simples: aisselles, maillot, 1/2 jambes où les poils sont assez gros et pigmentés. Les plus complexes: genou, cuisse, visage, sein où les poils sont d’entrée plus fins et peu colorés donc moins réceptifs à l’énergie du laser.

 

Complications et effets secondaires

L’effet secondaire principal est le risque de brûlures1 quand le laser vient chauffer la zone superficielle de la peau riche en mélanine si l’on est bronzé. Les peaux mates, mais non bronzées, peuvent bénéficier d’une épilation laser avec des lasers spécifiques de type Diode à pulse allongé ou laser Nd:YAG. Ces lasers ont moins d’affinité avec la mélanine et peuvent toucher la forte concentration en mélanine du poil, sans trop toucher la mélanine de la peau. Le bronzage est contre-indiqué formellement si la peau est bronzée. Il convient de se protéger de toute exposition solaire entre 15 jours et 3 semaines après une épilation laser (utilisation de crèmes solaires de type écran total, indice 50 ou mieux). La plupart des brûlures laser sont de type premier degré ou second degré léger. Elles évoluent habituellement bien mais le retour à la normale peut prendre plusieurs mois. Il convient de rappeler aux patientes que, dans certains rares cas, la brûlure peut laisser une dépigmentation définitive. Les brûlures sur les peaux foncées ou le simple passage du laser sans brûlure vraie sur une peau mate peut entrainer un phénomène d’inflammation avec le développement d’une hyperpigmentation pouvant être extrêmement longue à disparaitre. L’épilation lasers des peaux méditerranéennes, si elle est très efficace, ne doit souffrir aucune exception en matière de précaution vis-à-vis du bronzage. Les lasers d’épilation ne doivent pas passer sur des zones de tatouage afin de ne pas provoquer de brûlures profondes par accumulation de l’énergie dans le pigment du tatouage. Les tatouages lasérisés sont généralement altérés et provoques des complications cicatricielles. Enfin, les lasers d’épilation ne doivent pas être utilisés sur les peau avec des inclusions de matériel explosif (poudre d’arme à feu par exemple). Il importe que le médecin fasse une recherche de troubles de la cicatrisation ou de troubles de la coagulation avant de lancer une séance d’épilation laser afin de ne pas provoquer d’hématomes ou de cicatrices. certains médicaments (anti-épileptiques, antibiotiques…) peuvent augmenter la sensibilité de la peau au laser et provoquer des brûlures pour des doses habituellement banales. Il faut signaler toute prise de médicament au médecin lasériste. Des médicaments de l’acné comme le Roaccutane ® peuvent accentuer le risque de cicatrisation anormale (cicatrices cheloïdes ou hypertrophiques). Il faut les arrêter plus de 6 mois avant de démarrer une épilation laser. En principe, on n’épile pas les femmes enceintes, ou les femmes qui allaitent. Aucune malformation ou avortement n’a jamais été décrit, mais il convient d’appliquer un principe de précaution. De nombreux auteurs indiquent l’absence de risque pendant la grossesse. Une brûlure pendant la grossesse peut cependant compliquer la prise en charge et peut éventuellement mal évoluer. Il n’est pas prudent d’exposer les patientes à ce risque, même s’il est très rare. dr martial benhamou

 

 

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Epilation laser de Wikipédia en français (auteurs)
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Epilation laser de Wikipédia en français (auteurs)